PARTAGER

La Commission climat du Bassin du Congo, le Pnud Maroc et le Cabinet Ernst & Young, ont signé vendredi 5 avril 2019 à Brazzaville, un contrat d’entente pour le fonctionnement du Fonds bleu, à l’issu de l’atelier du lancement de l’étude de préfiguration dudit Fonds.

L’atelier a été présidé par Arlette Soudan Nonault, ministre du tourisme et de l’environnement, coordinatrice technique de la Commission climat du Bassin du Congo, en présence des partenaires et des points focaux.

La signature de ce document permettra de fournir un cadre de coopération dans lequel seize (16) états parleront Fonds bleu. Ainsi que le passage de l’étude à la concrétisation des engagements des Chefs d’états au profit de la sous région, précise ce contrat.

 » Le Fonds bleu pour le Bassin du Congo est en marche. L’outil que les Institutions sont entrain de mettre en place pour financer toutes les activités liées à l’économie bleue comme la pêche, l’aquaculture est maintenant proche de son opérationnalisation. Ce contrat consiste à savoir comment va fonctionné le Fonds bleu, à qui donné de l’argent et quelles seront les conditions pour obtenir les financements? Cette phase permet également de passer à la réalisation des engagements des Chefs d’états« , a signifié Honoré Tabuna, expert CEEAC .

Que disent les engagements des Chefs d’états ?

Déclaration faite en avril 2018 par les Chefs d’états qui stipule :  » doter la Commission climat du Bassin du Congo d’un budget lui permettant d’accomplir ses missions ; agir sans délai, en soutien aux deux déclarations de Brazzaville pour l’opérationnalisation et la promotion du Fonds bleu pour le Bassin du Congo comme des outils financiers de la Commission et apporter notre appui total à la mise en oeuvre de la feuille de route 2018 – 2019 « ,etc.

Dans le cadre de la signature entre la CCBC et les partenaires techniques et financiers, il est prévu entre autres,  la présentation sur les lots 1 et 2 : le plan d’investissement et le véhicule financier.

Retenez que la cérémonie de la signature du contrat d’entente marque, selon Arlette Soudan Nonault, ministre du tourisme et de l’environnement, coordinatrice technique de la CCBC, un tournant décisif dans le processus d’opérationnalisation, non seulement de CCBC mais surtout de son outil financier : le Fonds bleu pour le Bassin du Congo.

Source : www.labreveoffice.over-blog.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Prier d'entrer votre nom