PARTAGER

      Le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo s’inscrira dans le concept de l’économie bleue défini par la Commission Économique des Nations Unies (CEA) pour l’Afrique en ces termes :

      « L’économie bleue concerne toutes les étendues d’eau, y compris les lacs, les cours d’eau et les nappes souterraines, sans oublier les mers et les côtes. Les principales branches de l’activité économique de l’Afrique basée sur les ressources marines et aquatiques sont aujourd’hui la pêche, l’aquaculture, le tourisme, les transports, le secteur portuaire, le secteur minier et le secteur de l’énergie. »

      En cela, le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo doit jouer un rôle essentiel de promotion de l’économie bleue dans cette vaste région pour créer de la croissance économique, du développement durable et améliorer la qualité de vie des populations.

      D’une manière spécifique, Le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo permettra de financer des projets concrets à forte valeur ajoutée socio-économique et environnementale, visant entre autres objectifs, à :

  • améliorer les voies de navigation intérieures par un entretien régulier, et aménager les ports secondaires ;
  • développer le système de suivi hydrométrique et météorologique ;
    lutter contre les plantes flottantes et envahissantes ;
  • promouvoir les énergies renouvelables ;
    renforcer l’irrigation en vue d’accroître la productivité des exploitations agricoles ;
    développer la pêche durable, l’aquaculture, la surveillance et l’observation des zones de pêche ;
  • développer le traitement des eaux usées et améliorer l’approvisionnement en eau potable ;
  • développer des systèmes de gestion et de traitements des déchets solides déversés dans les cours d’eau et les océans ;
  • promouvoir le paiement pour services environnementaux basés sur la gestion durable des eaux ;
  • lutter contre les érosions ;
  • gérer et valoriser durablement les mangroves ;
  • promouvoir l’éco-tourisme ;
  • promouvoir les mécanismes de veille sanitaire et environnementale ainsi que la surveillance épidémiologique ;
  • améliorer la connaissance du milieu marin, des eaux continentales et de la biodiversité des écosystèmes respectifs.

Source : fondsbleubassinducongo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Prier d'entrer votre nom