PARTAGER
Une vue des participants à la Réunion des Experts

Conférence extraordinaire des ministres de l’Environnement et des finances de l’Afrique centrale et de l’Est sur l’accélération de l’opérationnalisation de la Commission climat et du Fonds Bleu du Bassin du Congo : SEM Arlette SOUDAN-Nonault, Ministre du tourisme et de l’environnement du Congo, ouvre les travaux du segment des Expert
Brazzaville (Congo), 03 Octobre 2017

    Placée sous le très haut patronage de Son Excellence, Monsieur Denis SASSOU NGUESSO, Président de la République du Congo et Président de la Commission Climat du Bassin du Congo, la Conférence extraordinaire des Ministres de l’environnement et des finances de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) et de la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE), sur l’accélération de l’opérationnalisation de la Commission Climat du Bassin du Congo, du Fonds Bleu du Bassin du Congo et sur la position commune à la CoP23, s’est ouverte ce 03 Octobre 2017 à l’hôtel Radison Blue de Brazzaville, par les travaux du Segment des Expert.

Ce segment des experts de la Conférence extraordinaire des Ministres était présidé par SEM Arlette SOUDAN-NONAULT, Ministre du tourisme et de l’Environnement de la République du Congo.

    La réunion a regroupé environ deux cents participants venus des pays ci-après : Burundi, Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, République Démocratique du Congo, Rwanda, Tchad, Maroc, Tanzanie. Y ont également pris part, les experts du Secrétariat général de la CEEAC, du Secrétariat général de la Communauté de l’Afrique de l’Est, des institutions régionales et sous-régionales telles que la Commission des Forêts d’Afrique Centrale(COMIFAC), la Conférence sur les Ecosystèmes de Forêts Denses et Humides d’Afrique Centrale (CEFDHAC), le Pool Energétique d’Afrique centrale (PEAC), la Banque de Développement de l’Afrique Centrale (BDEAC), la Commission de l’Union Africaine (UA), la Commission Internationale Congo Oubangui Sangha (CICOS), la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT), les experts du Réseau des Parlementaires pour la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique centrale (REPAR), du Centre de Compétences en changement climatiques (4 C Maroc), du Réseau des Organisations de la Société civile pour l’économie verte (ROSCEVAC), du Réseaux Femmes Africaine pour le Développement Durable (REFADD), du Réseau des Jeunes pour la Gestion Durable des Ecosystèmes Forestiers d’Afrique Centrale (REJEFAC) et du Réseau des Communicateurs pour l’Environnement et l’Information en Afrique Centrale (RECEIAC), les représentants des partenaires techniques et financiers suivants : Fonds Mondial pour la Nature (WWF), Coopération Française, Coopération Allemande (GIZ), UNESCO, FAO, PNUE, UNOCA, Banque Mondiale.

    La réunion avait objectif général, d’accélérer l’opérationnalisation de la Commission Climat du Bassin du Congo, du Fonds Bleu du Bassin du Congo à travers la mise en place des outils (institutionnels, techniques, financiers) déjà créés et en cours de création dans les deux Communautés Économiques Régionales pour une lutte efficace contre les changements climatiques et l’adopter une position commune des Etats à la vingt-troisième Conférence des Parties (COP 23) sous la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC).

De manière spécifique, il s’agissait d’examiner, en vue de leur adoption par la Conférence des ministres, les documents suivants :

  1. le projet de Déclaration des Ministres de la CEEAC et de la Communauté de l’Afrique de l’Est sur l’accélération de l’opérationnalisation de la Commission climat du Bassin du Congo, du Fonds bleu du Bassin du Congo et l’adoption de la position commune des Etats à la COP 23 ;
  2. le Projet de texte portant structuration, organisation et fonctionnement de la Commission climat pour le Bassin du Congo, ainsi que le Projet de décision portant institutionnalisation de la Conférence des Ministres de la CEEAC et de la Communauté de l’Afrique de l’Est sur le Climat ;
  3. les projets et programmes sectoriels pour le développement et la promotion de l’économie bleue ;
  4. l’agenda des activités conjointes des pays de la CEEAC et de la Communauté de l’Afrique de l’Est à la COP 23 ;
  5. le projet de décision portant création du Centre d’Excellence de Recherche, de Formation et d’Innovation sur la Finance verte à intégrer dans une structure existante en Afrique centrale ;
  6. Le projet de plan d’action 2017-2018 de la Commission Climat du Bassin du Congo, le projet de budget de fonctionnement de l’Unité de Démarrage de la Commission Climat et du Fonds Bleu du Bassin du Congo.

       Modérée par Madame Angèle LUH, Représentante du PNUE en Afrique de l’Ouest, la cérémonie d’ouverture du segment des experts, a été marquée par les allocutions du représentant du Secrétaire Général de la CEEAC, de la Ministre du Plan, de la Statistique et de l’Intégration Régionale et le discours d’ouverture de la Ministre du Tourisme et de l’Environnement de la République du Congo.

        Dans son mot de circonstance, Monsieur Honoré TABUNA, Représentant du Secrétariat Général de la CEEAC a souligné que pour la CEEAC, la Commission Climat du bassin du Congo est un outil et un modèle pour illustrer le lien entre la protection de l’environnement et le développement des entreprises, l’intégration régionale et l’amélioration des conditions de vie des populations. Il s’est réjoui du fait que cette Commission contrairement aux deux autres Commissions créés à Marrakech en 2016 a la particularité d’avoir un outil financier qu’est le Fonds bleu. Il a ensuite exprimé tout l’engagement de la CEEAC qui ne ménagera aucun effort pour accompagner l’accélération de l’opérationnalisation dudit fonds. Le représentant de la CEEAC a enfin félicité les autorités congolaises pour la tenue dans un délai court de la présente conférence à un mois de la COP 23 prévue à Bonn en Allemagne en novembre prochain.

      Prenant la parole à son tour, SEM Ingrid Olga Gislaine EBOUKA BABAKAS, Ministre du Plan, de la Statistique et de l’Intégration régionale, a exprimé sa sensibilité aux questions de développement durable, qui inclut la préservation du capital écologique dans son volet planification, programmation, budgétisation et suivi-évaluation de programmes et projets y relatifs. Elle a ensuite relevé le fait que l’Afrique, qualifiée d’espace géographique de loin, le moins pollueur, est en définitif, le continent le plus impacté par les bouleversements de son écosystème. Elle s’est réjouie de la création du Fonds bleu, qui est une initiative complémentaire au Fonds vert du Système de l’Economie Verte de l’Afrique Centrale, et portée par son Excellence le Président de la République du Congo. Terminant son mot, Madame la Ministre a invité les participants à examiner dans un esprit constructif, les différents documents soumis à leur appréciation.

       Dans son discours d’ouverture, SEM Arlette SOUDAN NONAULT, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, au nom de son Excellence Monsieur Denis SASSOU NGUESSO, Président de la République du Congo, et Président de la Commission Climat du Bassin du Congo, du gouvernement et à son nom propre, a adressé ses chaleureuses salutations et témoigné l’hospitalité légendaire de son pays, le Congo. Elle a ensuite exprimé sa profonde gratitude à l’endroit de la BDEAC et d’autres partenaires techniques et financiers pour leur appui conséquent à l’organisation de cette Conférence. Présentant les différents thèmes de la Conférence, Madame la Ministre a relevé que les résultats des travaux des experts seront soumis aux Ministres de l’Environnement et des Finances de la CEEAC et de la Communauté de l’Afrique de l’Est pour examen et adoption lors de leur huis clos prévu le 05 Ocobre 2017. Pour terminer, elle a émis le vœu que les échanges au cours de la réunion des experts soient constructifs et fructueux, avant de déclarer ouvert les travaux du segment des Experts.

       Il faut noter ici que le Discours d’ouverture de la Ministre du Tourisme et de l’Environnement a été précédé par la projection du film documentaire « Fonds bleu pour le Bassin du Congo », qui a été longuement applaudi par les participants.
Le déroulement des travaux des experts prévoyait à la suite de la cérémonie d’ouverture, trois sessions à savoir ; (i) une session introductive pour la mise en place du Bureau de la réunion, (ii) Une session consacrée aux présentations liminaires et, (iii) les travaux de groupe et restitutions en plénière.

QUELQUES PHOTOS

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Prier d'entrer votre nom